LIVRES

Sur cette page

Marlène ou le jeu de la vie

Le silence des couleurs

Le parfum de l’éveil

Le jardin de la libération

Peinture peintures

Présents de sagesse

Oneness in Duality

 

Commandes de livres
et promotions

Pierre Wittmann : Livres

 

Sur ce site

Pierre : l'écrivain

 

___

Page d'accueil

 

LIVRES DE PIERRE WITTMANN

Pour en savoir plus, cliquez sur les titres des livres

Marlène ou le jeu de la vie, Wisdomlight 2014
Roman, 23 x 15 cm, 318 pages, 20 €, ebook 4 €

Le silence des couleurs, 108 cris du cœur, Wisdomlight, 2011
Poèmes, 20 x 14 cm, 118 pages, 10 €, ebook 4 €

Le jardin de la libération, Journal 1988, Wisdomlight, 2010
Autobiographie, 23 x 15 cm, 288 pages, 18 €, ebook 4 €

Le parfum de l’éveil, Wisdomlight, 2009
Autobiographie, 23 x 15 cm, 178 pages, 12 €, ebook 4 €

Peinture peintures, Wisdomlight, 2009
Un voyage en couleur à travers la peinture de Pierre Wittmann 1978 – 2009
28 x 21 cm, 32 pages couleurs, 10 €, ebook 4 €

Le guide du bonheur pour le troisième millénaire, Lumière de sagesse, 2002
Essai, 21 x 14 cm, 280 pages, 18 €, ebook 4 €

A Guide to Happiness for the Third Millennium, Wisdomlight, 2003
Essay, 21 x 14 cm, 262 pages, 18 €, ebook 4 €

Oneness in Duality, with Erika Dias, Wisdom Gift, 1993
Poems by Erika Dias and Paintings by Pierre Wittmann
16 x 16 cm, 56 pages, 7.50 €

Présents de sagesse, avec Erika Dias, Éditions Dharma, 1993
Poèmes d'Erika Dias et peintures de Pierre Wittmann
16 x 16 cm, 42 pages, 7.50 €

A Wisdom Gift, with Erika Dias, Wisdom Gift,1991
Poems by Erika Dias and Paintings by Pierre Wittmann
16 x 16 cm, 42 pages, 7.50 €

 

Commandes de livres et promotions : Pierre Wittmann - Livres

 

 

 

 

 

Marlène ou le jeu de la vie

Roman

Pierre Wittmann
Wisdomlight, 2014
23 x 15 cm, 318 pages

ISBN 978-616-361-079-9

 

 

Présentation

Un jeu étrange se déroule sur la planète Terre. Les habitants de cette petite planète, cachée dans une zone nébuleuse de sa galaxie, jouent un jeu qui leur échappe, dirigé par une autorité qu’ils ne connaissent pas. De tout temps, ils se sont efforcés d’imaginer qui était le créateur, le metteur en scène et le destructeur de leur fragile existence. Ils se sont demandé s’il était une entité unique ou multiple, s’il résidait à l’extérieur ou à l’intérieur d’eux-mêmes, s’il était bienveillant ou pervers. Ils ignorent si ce mystérieux maître du jeu est une force externe dont il conviendrait de s’attirer les bonnes grâces ou un aspect caché d’eux-mêmes qu’il serait temps de découvrir. Certains humains parlent de Dieu. D’autres parlent de l’âme, leur propre essence.

Qui sont les artistes de la famille d’âmes qui établissent les règles du jeu de la vie et composent, à l’intention des marionnettes humaines dont ils tirent les ficelles, des scénarios tragiques ou joyeux, mystiques ou érotiques, profonds ou absurdes ?
Qui sont les acteurs humains qui jouent ce jeu et suivent aveuglément les destins imprévisibles qui les conduisent de Paris à Hong Kong, de Luang Prabang à Lhassa, du Luberon au Cachemire ?
Qui est l’auteur qui dresse le décor de ce jeu où la peinture, l’écriture, l’architecture, la spiritualité et l’amour sont les multiples expressions d’un nouvel art de vivre, l’art total, une voie tantrique où chaque perception provoque un indicible émerveillement ?

La vie n’a pas de sens, ni de but. Il n’y a pas de mission à accomplir. C’est un jeu qui se joue spontanément, pour le plaisir, indépendamment d’un joueur qui aurait l’espoir de gagner ou la crainte de perdre. Tout dans la vie est jeu, c’est pourquoi la vie est merveilleuse… quand on cesse de la prendre au sérieux et de penser qu’elle devrait répondre à des attentes.

 

Pour recevoir plus d'information sur ce livre, contactez l'auteur

 

 

 

Le silence des couleurs, 108 cris du cœur

Recueil de poèmes

Pierre Wittmann
Wisdomlight, 2011
20 x 14 cm, 118 pages

ISBN 978-616-90598-1-3

 

 

Présentation

Célébration

Célébration de l’instant présent
Silence, tranquillité, harmonie
Infinité de l’espace et du temps

Le canyon creusé par les glaciers
Un arbre mort, squelette décharné
La lune qui a perdu un quartier

Un petit nuage tout rond surgit
Un aigle s’envole, un avion passe
Un papillon noir et blanc virevolte

Le nuage se dissout dans le ciel
Le vent se lève, la forêt murmure
Le soleil frémit, oh ! impermanence !

Rythmes immuables de la nature
Mystère des apparences fugaces
Écho de la vacuité, cœur en joie !

 

 

 

 

Le parfum de l’éveil

Pierre Wittmann
Wisdomlight, 2009
23 x 15 cm, 178 pages

ISBN 978-611-90237-0-3



Présentation

Rechercher le bonheur et échapper au malheur est le souci constant de l’être humain. Cette tâche est bien aléatoire dans un monde dont une des principales caractéristiques est l’insatisfaction, produite par l’imperfection de toutes les situations.

Certains ont la chance de trouver une satisfaction relative – dont ils ont la grande sagesse de se contenter – dans leur vie quotidienne. D’autres n’ont pas cette bonne fortune et ressentent toujours un manque profond. Dans le désespoir de ne pas trouver de remède durable à leurs désillusions, ils se dirigent alors vers le plus sophistiqué des fantasmes humains, la voie spirituelle. Son aboutissement – illumination ou éveil – semble répondre à tous les critères du parfait bonheur.

L’éveil, est-il un mythe ? Est-il un objectif réalisable ? Combien de vies d’efforts et d’austérités l’adepte devra-t-il endurer avant d’y parvenir ? Vivra-t-il toujours – en attendant d’atteindre son ultime aspiration – dans le manque et la nostalgie du paradis perdu ? Ou dans la prison dorée de l’espoir, de la prétention ou de l’illusion d’avoir trouvé la bonne voie ?

Pourtant – séduction irrésistible – cette voie de renoncement est parsemée d’expériences mystiques qui exhalent le doux parfum de l’éveil…

Il n’y a pas de vrai bonheur – ni d’éveil – tant qu’ils sont pour demain !


Dans cet extrait de son Journal, l'auteur relate les péripéties d'un voyage intérieur de vingt-huit jours sur les rivages enchanteurs de l'éveil.

Pierre Wittmann est peintre et écrivain. Il vit en Thaïlande et en Provence.

Écho

Du 1er au 27 février 1990, Pierre Wittmann tient quotidiennement et longuement son journal. Pourquoi ce mois de février 1990 a-t-il autant d’importance ?

Du 1er au 14 février, il a participé à une retraite de méditation auprès d’Ayya Khema dans un monastère bouddhiste situé en Australie, près de Sydney. Depuis 1984, il a vécu à Tahiti, puis en Thaïlande, et il s’intéresse au bouddhisme comme à toutes les religions et cultures orientales. Il a déjà pratiqué la méditation quand il arrive au Wat Bouddha Dhamma, mais les deux semaines de son séjour vont marquer un tournant décisif  dans sa recherche spirituelle qui est devenue l’axe principal de sa vie.

À son arrivée au monastère, s’il est impressionné par la beauté du site, il est plutôt déçu par les installations peu confortables de cette petite communauté qui pratique le bouddhisme « theravada », et il s’inquiète des pluies torrentielles. Et pourtant, au fil des jours, il va être initié, sous la ferme, éclairée et éclairante direction d’Ayya Khema (une nonne allemande qui lui rappelle Alexandra David-Néel et Madame Poinçon qui, la première, à Tahiti, l’a introduit au yoga et au bouddhisme) à un voyage intérieur qui lui permettra de découvrir les différents « jhanas », « états de profonde méditation produits par la concentration ». Découverte progressive qu’il relate minutieusement dans son journal, aventure dont il retrace les différentes étapes (y compris ses suites immédiates, d’abord à Sydney, puis lors de son retour à Bangkok).

Peu à peu il se détache des aspects matériels de l’existence, s’ouvre aux autres et surtout à la conscience universelle, a même l’illusion d’atteindre l’éveil. Il médite dans une grotte isolée, vers la fin de son séjour, avec une intensité exceptionnelle. Cette retraite non seulement lui apporte des éléments de réponse à des interrogations anciennes, mais lui ouvre de nouvelles perspectives d’avenir, il envisage d’expérimenter la vie monastique et veut approfondir les liens entre sa peinture et le bouddhisme. Au-delà de la très riche expérience personnelle que ce texte nous fait partager, il constitue une très pédagogique introduction à la méditation et à certains aspects du bouddhisme, un véritable guide à l’usage des initiés comme des curieux. Un glossaire, à la fin de l’ouvrage, définit utilement les nombreux termes « techniques » utilisés.

Pierre Wittmann conclut ainsi son épilogue : « La vie devient légère, elle se libère de toute intention d’atteindre quoi que ce soit. Elle exprime la beauté. C’est l’art de célébrer l’ultime dans le quotidien ».

Claudine Krishnan
APA, Association pour l'autobiographie

 

 

 

 

Le jardin de la libération
Journal 1988

Pierre Wittmann
Wisdomlight, 2010
23 x 15 cm, 288 pages

ISBN 978-616-90598-0-6



Présentation

Le jardin de la libération est le nom d’un monastère de la forêt thaïlandaise. C’est là que Pierre s’arrête, sur la route de Bangkok à Phuket, un après-midi de décembre 1987. Les trois jours qu’il passe dans ce lieu mythique, à étudier la méditation avec un vénérable moine bouddhiste, vont changer le cours de sa vie.

Pierre vit depuis quatre ans à Tahiti, où il peint, étudie le chinois et la calligraphie, suit des cours de yoga, pratique le zen et découvre la spiritualité dans les livres. Mais il se sent exilé et coupé du monde sur cette île paradisiaque, endormie au milieu du Pacifique. Il rêve de la vie intense et trépidante de l’Asie, de ses richesses culturelles et de sa sagesse millénaire.

Au Jardin de la libération, Pierre a le pressentiment qu’il doit quitter Tahiti et venir vivre en Thaïlande. Mais ce n’est qu’après une année de tribulations qu’il arrivera à Bangkok, avec une petite valise, et s’installera dans son nouveau pays d’adoption.

L’année 1988 est une période de transition dans la vie de Pierre, où alternent le doute et l’enthousiasme, les nostalgies du passé et les projets d’avenir, la passion de peindre et le désir de méditer, la vie mondaine et la quête intérieure, les expériences mystiques et les confrontations avec la misère humaine.

Il découvre la Thaïlande, la Birmanie, le Népal et l’Inde, visite des lieux saints, fait plusieurs retraites dans des monastères et suit les enseignements de maîtres du theravada et du bouddhisme tibétain. Il expose ses derniers tableaux à Tahiti, organise son déménagement et rentre en France pour préparer le départ vers une nouvelle vie.


Pierre Wittmann est peintre et écrivain. Il vit en Thaïlande et en Provence.

Ce récit est un extrait du Journal qu'il tient depuis 1984.

Écho

Douze mois de la vie d’un homme. Pierre Wittmann est peintre et, depuis son installation à Tahiti en 1984, tient un Journal. En décembre 1987, il se rend à Bangkok et, pendant une année, il voyage, approfondit sa connaissance de l’Asie, revient à Tahiti, séjourne en Europe, et décide de s’installer en Thaïlande en décembre 1988. Ce texte témoigne presque quotidiennement d’une année charnière, d’un long cheminement intérieur qui conduit l’auteur à tourner une page dans sa vie, il le découvre peu à peu et le lecteur comprend vite que, quel que soit l’exotisme des destinations évoquées, il s’agit avant tout d’un voyage spirituel.

Le périple commence donc en décembre 1987, chez un couple d’amis expatriés à Bangkok, où l’auteur emménagera dans son propre appartement un an plus tard. Il voyage d’abord en Thaïlande, puis en Birmanie, au Népal et en Inde. Il ne voyage pas en touriste ordinaire, évite les parcours trop balisés, séjourne dans plusieurs monastères. Ouvert aux autres, il préfère cependant la solitude et fait preuve d’un esprit critique qu’il n’oublie pas d’exercer à l’égard de lui-même. S’il se contente le plus souvent d’un mode de vie qui tend au dépouillement, il sait aussi apprécier le confort. Grand amateur de nourriture asiatique, il ne résiste pas toujours à la gourmandise, il pratique le golf dès qu’il en l’occasion et, bien que voulant se détacher de la pesanteur des possessions matérielles, cède facilement à la tentation d’acheter livres ou peintures. Il revient à Tahiti, une exposition de ses œuvres est organisée, mais il quitte cette terre accueillante en août et, après quelques mois en Europe, retourne en Asie avec la ferme intention d’étudier ces langues et cultures orientales qui le fascinent tant. Son expérience de la vie monacale semble l’avoir profondément marqué. D’abord attiré plutôt par la méditation dont il explore les différentes techniques, il s’intéresse de plus en plus au bouddhisme, se documente, cherche sa voie.

Ce Journal de voyage(s) retrace les étapes moins d’un apprentissage ou d’une initiation – son auteur étant déjà très averti au seuil d’une année décisive – que d’une confirmation de la vocation d’un artiste qui cherche à concilier ses diverses aspirations, à réconcilier son art et sa spiritualité, à harmoniser les multiples facettes de sa vie.

Claudine Krishnan
APA, Association pour l'autobiographie

 

 

 

Peinture peintures

Un voyage en couleur à travers
la peinture de Pierre Wittmann
1978 – 2009

Pierre Wittmann
Wisdomlight, 2009
28 x 21 cm, 32 pages couleurs



peinture peintures

peinture : son langage parle formes, couleurs, composition, lumière
libre de la mémoire d’un vécu et de la fantaisie d’illustrer ou de plaire
elle fait l’économie des mots et pointe vers la plénitude de l’instant

peintures : magie d’une vision fortuite, reflet de la pure perception
l’écho poétique d’un titre, formulation spontanée, parfois s’impose
suggérant une harmonie entre dedans et dehors, visible et invisible

peinture : née du silence créateur, elle éclot dans l’intimité du cœur
un regard libre de qualifications révèle la grâce mystérieuse du beau
et déploie un espace de rencontre entre le monde et le transcendant

peintures : émerveillement, célébration, pressentiment d’une présence
la disponibilité d’un regard sans commentaire éveille l’émotion profonde
qui, cri d’une joie sans cause, se résorbe dans la tranquillité du cœur

 

 

 

Présents de sagesse

Poèmes d'Erika Dias
Peintures de Pierre Wittmann
Éditions Dharma, 1993
16 x 16 cm, 42 pages
16 illustrations couleurs

ISBN 2-86487-021-5



Vide

Les yeux clos, vois le vide
les yeux ouverts, vois le vide
où que ce soit, n'importe quand
continue, et soudain
tu découvriras ce qui est sain,
le bien-être du corps et de l'esprit,
n'en demande pas davantage

 

 

 

Oneness in Duality

Poems by Erika Dias
Paintings by Pierre Wittmann
Wisdom Gift, 1993
16 x 16 cm, 56 pages
21 coloured illustrations

ISBN 974-8361-60-8



Happiness

when you capture happiness
thinking has stopped
when thinking starts
happiness has left